• Accueil
  • > Archives pour janvier 2007

Déception

30012007

Il y a des jours comme aujourd’hui oú je me demande pourquoi je n’ai pas, comme tous les papas, les mêmes chances, les mêmes droits, les mêmes moments de bonheur avec mon petit bout. Pourquoi une maman peut, au nom de je-ne-sais-quoi, priver une petite fille de son papa et tout faire pour qu’il ne puisse pas voir son enfant, le priver de ce bonheur incommensurable qu’est de serrer dans ses bras son bébé? De quel droit?

Ces cris de colère et de détresse sont en réponse à ce mail que je viens de recevoir de ta maman ma petite puce, pour m’informer qu’elle ne me répondra pas avant le 4 mars, date qu’elle m’avait fixé lors de notre précédente rencontre. Il faut toujours qu’il y aie des dates, pour chacun des moments de notre vie, toujours des règles, rigides, immuables. Toujours il faut qu’elle puisse tout maitriser, à sa guise, à sa manière, comme elle veut que cela se passe, sans se préoccuper des contraintes liées à mon travail, à mon éloignement, au fait que je ne puisse pas être là quand je le veux. Le 4 mars c’est ton sixième mois mon ange, pourquoi cette date? Je n’aurai donc le droit de voir mon enfant qu’une fois tous les six mois, sans possibilité aucune de transgresser ces règles qu’elle veut tenter de m’imposer. Je ne me résignerai pas mon ange, je continuerai la lutte. Pour moi, pour toi, pour nous.

« Qui a le droit, qui a le droit,
Qui a le droit d’ faire ça
A un enfant qui croit vraiment
C’ que disent les grands ?

P. Bruel, 1991




Week-end studieux

28012007

Un week-end un peu studieux, à préparer un certain nombre de choses en prévision de mon retour dans quinze jours. J’espère vraiment avoir prochainement des nouvelles de ta maman, qu’elle me dise que je pourrais te voir lors de ma visite.

J’aimerais vraiment que les choses soient plus simples, que mes trop rares retours soient pour toi une petite porte ouverte qui te permettrait de voir ton papa, même si je sais que ce n’est pas idéal. Mais le problème est que ta maman voit chacune de mes requêtes comme une agression, une intrusion dans sa vie, une tentative de te soustraire à elle. Alors que c’est tout le contraire, je veux uniquement te voir, comme tous les papas voient leur enfant dans un monde normal, même dans un contexte particulier comme celui-là.

Les choses pourraient sans doute changer prochainement, je l’espère. De tout mon coeur.




Tentative…

24012007

Mon petit trésor, j’ai une bonne nouvelle. Ton papa va rentrer mi février pour quelques jours. J’ai un rendez-vous important pour nous, que je ne veux et ne peux pas manquer. De ce rendez-vous dépendra sans doute la suite des événements pour les mois à venir.

Dès que j’ai eu confirmation de ces dates, j’ai informé ta maman par mail de ma visite à Paris, pour lui dire que je serais là du 16 au 20 février et que je souhaite te voir. J’espère qu’elle me répondra vite. Ce serait vraiment formidable si nous pouvions se voir un petit peu, ne serait-ce qu’une petite heure. Tu dois avoir changée depuis plus d’un mois. Tu ne peux imaginer comme je serais heureux de te retrouver ma petite puce. J’espère que nous aurons cette chance. Soyons fous, essayons d’y croire!!




Dimanche à Caracas

21012007

18 h: Je sais qu’il est déjà si tard en France (23h), que tu dois dormir déjà profondément mon ange. Et moi je suis là, si loin. J’aimerais tellement te voir dormir, tes petites paupières closes, bien au chaud sous tes petites couvertures. J’aimerais m’approcher tout doucement, sans faire de bruit et déposer sur ton petit front chaud un tendre petit bisou, sans te réveiller. Rester ensuite quelques minutes à te regarder, me dire que tu es là, petit bout de moi, devant moi. Et puis sortir à pas de loups, à reculons, en veillant à ne pas rompre ce silence qui t’enveloppe dans la nuit. Tirer la porte et te laisser à tes rêves, tes rêves d’enfant.

« Dors, bébé, dors
Bébé, dors, il pleut dehors
Dors encore

Il n’est pas tard et le matin
S’est perdu sur son chemin
Il nous reste quelques heures
Avant que la nuit de meure

Dors, mon amour, dors
Mon amour, dors, il pleut dehors
Dors encore »
J.J. Goldman, 1984

chat.jpg




Retour anticipé

19012007

Ma petite pupuce, je vais sans doute rentrer pour quelques jours en France d’ici à fin février, entre autres choses pour préparer au mieux cette nouvelle année qui s’offre à nous. Je voulais profiter de ce retour pour te voir, ne serait-ce que quelques heures, mais il semble que ta maman ne le souhaite pas trop.

Je lui ai demandé par un petit courrier électronique si cela était envisageable, mais elle m’a juste répondu que je n’aurai pas de nouvelles avant début mars. Je tenterai malgré tout, à nouveau, une fois mes dates de retour confirmées, de faire tout mon possible pour te voir mon ange. Je te le promets.




Si loin de toi

15012007

De retour à Caracas. Je suis pris d’un sentiment un peu bizarre, comme si je laissais quelque chose derrière moi, comme un vide, qui me pèse un peu. Mais j’ai aussi ce sentiment fort d’être impliqué dans une grande aventure, dans une mission que le ciel m’a confié, et que je compte remplir du mieux que je pourrais.

Je dois reconnaître que tu me manques mon ange, je n’aurais pas pensé que ce serait à ce point là, mais c’est ainsi, je ne peux le nier. Je repense à tes petits yeux qui me fixaient, à tes petits sourires que tu m’as lancés, et il me tarde de les retrouver à nouveau, il me tarde de te prendre à nouveau dans mes bras.

loin.jpg

« Depuis que je suis loin de toi
Je suis comme loin de moi
Et je pense à toi tout bas
Tu es à six heures de moi
Je suis à des années de toi
C’est ça être là-bas.

La différence
C’est ce silence
Parfois au fond de moi.
……

Oui, j’ai le mal de toi parfois
Même si je ne le dis pas
L’amour c’est fait de ça.
Il était une fois
Toi et moi
N’oublie jamais ça
Toi et moi ! »
M. Polnareff, 1977




Derniers jours en France

12012007

La semaine a bien vite passé, il est bientôt temps de retourner à Caracas. Je reste aujourd’hui avec ce souvenir si émouvant de t’avoir pris dans mes bras mon ange, avec ces petits sourires timides que tu m’as tendu furtivement ce soir là. Tu es en moi ma petite puce, je te sens dans mon coeur, mon âme et ma chair.

Une étape a été franchi ce 8 janvier, te rencontrer et faire ta connaissance enfin. Il est temps maintenant de passer à la suivante, en douceur, et faire de moi ton papa « pour de vrai ».

Je vais avoir la possibilité en principe de rentrer plus souvent que les deux fois réglementaires, nous aurons donc l’occasion si Dieu le veut (et surtout si ta maman le veut bien!!) de nous voir plus souvent. Ojala! Je veux que tu saches que ton papa est près de toi, qu’il t’aime fort et que tu peux compter sur lui.

Tu es une très belle petite fille, mon trésor, et je ne dis pas cela parce que je suis ton papa, toutes les personnes qui sont passées par ici le disent, et tous mes amis qui ont vu tes petites photos sont de mon avis…

Je suis si fier de toi…




Sweet Child O’Mine

9012007

Hier a sans doute été un des moments forts de ma vie, il y en aura plein d’autres c’est certain, mais celui-là restera à tout jamais gravé au fond de mon coeur. C’était une première fois, et comme toutes les premières fois, ce fut un moment magique. Je suis un papa heureux, fier de sa petite puce.

« She’s got a smile that it seems to me
Reminds me of childhood memories
Where everything
Was as fresh as the bright blue sky
Now and then when I see her face
She takes me away to that
special place
And if I stared too long
I’d probably break down and cry
Sweet child o’ mine
Sweet love of mine »
Guns N’Roses, 1987




Qu’est ce que tu es belle ma puce…

8012007

Beaucoup beaucoup d’émotion ce soir, le sentiment d’être investi d’une mission, le sentiment de ne plus être tout seul. J’ai enfin pu te rencontrer mon trésor, et tes yeux dans les miens me disaient tout plein de belles choses. Certes tu ne m’avais jamais vu, moi non plus, mais les petits sourires que tu m’as fait ce soir avaient pour moi quelque chose de magique. Mon petit bébé, ma petite Elena que j’attends de rencontrer depuis trois mois était enfin là, devant moi, dans mes bras. Et mon Dieu qu’elle est belle ma petite libellule, mon Dieu qu’elle est belle…

Notre rencontre n’a pas duré très longtemps, ta maman ne le souhaitait pas, elle n’a pas non plus été des plus aimables surtout avec mamie Christine, mais peu importe, contre vents et marées alors que il y a quelques jours à peine, ta maman avait annulé notre rencontre, j’ai réussi à te voir mon coeur. Et cela pour moi est une vraie victoire, un vrai départ pour toi et moi. Je sais que nous devons nous attendre à des moments difficiles, mais ton petit papa fait actuellement tout pour que tu sois officiellement ma petite Elena. Il y a encore trop de choses qui sont floues et qui m’empêchent pour le moment de le faire. Mais je suis dans le processus, soyons patient mon bébé.

J’espère que tu aimeras les petits vêtements que je t’ai apporté, je n’ai malheureusement pas la certitude que tu les porteras, ta maman n’a même pas ouvert les paquets…

Je retourne à Caracas cette fin de semaine, il n’a bien sûr pas été question d’un autre rendez-vous avant mon départ. Ta maman m’a dit que j’aurais de tes nouvelles le 4 mars (pour tes 6 mois!). Rassure toi je ne compte pas en rester là, je lui ai dit qu’elle aura des nouvelles de moi bien avant. Je vais faire mon possible pour rentrer une fois avant cet été, sans doute en avril-mai, pour passer te voir. C’est certain.

Merci à ta maman, malgré tout ce qu’elle a pu dire ou ne pas dire ce soir, malgré tous ces gestes déplacés ou méprisants à notre égard, mais je ne suis pas rancunier. Je la remercie pour ce rendez-vous même si pour moi cela était tout à fait normal et légitime. Tout ce qui compte c’est toi mon ange, nous avons fait connaissance enfin. Ce soir nous ne sommes plus des inconnus. Je t’embrasse fort ma puce, et sache que ton petit papa t’aime fort fort fort…

Laisser moi à présent vous présenter ma petite Elena…

pupuce1.jpg
Elena et son papa: premiers sourires. La Défense, 8 janvier 2007

pupuce2.jpg
Enfin tous les deux. La Défense, 8 janvier 2007

pupuce3.jpg
Elena et Mamie Christine. La Défense, 8 janvier 2007.

 




Merci…

6012007

J’ai tenu à répondre à ta maman, un peu sèchement peut être, mais en lui disant qu’elle n’avait pas le droit de nous faire cela, de me faire cela et de m’empêcher de te voir. Je lui ai fait comprendre que j’en avais besoin et que c’était important pour moi. Je ne sais si c’est une main qu’elle me tend ou un pas dans la bonne direction, mais elle a accepté de nouveau ce rendez vous. Nous allons nous voir ce lundi a 18h30 à la Défense mon bébé.

Je suis vraiment heureux de cette bonne nouvelle. Merci à ta maman.