A nouveau seul, mais plus fort…

30042007

Tata Isa et Tonton Barrie sont repartis tout là-bas, en France, plus près de toi. Je me retrouve à nouveau seul, mais plein de force et d’énergie. Cet intermède dans ma vie vénézuelienne m’a fait beaucoup de bien, car plus que jamais, je sens que nous sommes tous unis et solidaires, dans cette quête du bonheur à tes côtés. Il me tarde que tu connaisses enfin cette famille qui est la tienne, la nôtre. Laisses-moi juste te faire partager un des nombreux petits moments de bonheur passés ici ces derniers jours, et te présenter ta Tata Isa et ton Tonton Barrie.

famille.jpg
Tata Isa, Papa et Tonton Barrie, Chichiriviche 21 avril 2007




Nouvelles de Paris

27042007

J’ai reçu quelques informations de notre avocate mon bébé concernant les prochains mois et semaines où nous pourrions nous voir en France. Je ne détaillerai pas ici le contenu du message que ta maman a fait délivrer par son intermédiaire, mais je veux simplement te dire que je peux difficilement accepter les choses qu’elle voudrait essayer de m’imposer, de nous imposer. Je ne peux raisonnablement pas imaginer te voir seulement quelques heures par-ci par-là, sans profiter pleinement de toi, de nous. Je veux pouvoir m’exprimer, à tout moment sur des décisions importantes de ta vie de petite fille, je veux pouvoir te voir, aussi souvent que j’en aurai la possibilité, et ceci en toute légalité, en toute légitimité et sans contraintes.

Ta maman pense peut être que je me bats aujourd’hui par fierté, par orgueil, par esprit de compétition avec elle. Elle a tort. Je fuis ce type de sentiment comme la peste. Mon combat est sain, mon combat est noble, il est sans rancoeur, sans amertume, sans la moindre animosité. Il est pour toi ce combat mon ange, pour que tu puisses connaître ton petit papa, pour que tu puisses être avec lui aussi souvent que cela sera possible. Tu es ma raison de vivre aujourd’hui et je lutte avec sérénité, confiance et fierté, pour qu’un jour, quand tu seras plus grande, tu saches que ton papa a toujours été là, et que je puisse un jour, ému, t’entendre dire: « je suis fière de mon papa. »

Je ne me résignerai pas. Ma quête est trop belle. Avoir la chance de partager des moments de tendresse avec ma petite puce, mérite tous les sacrifices, toutes les douleurs et les souffrances. Parce que je sais qu’après l’orage et le tonnerre, vient toujours un beau ciel bleu, comme tes petits yeux mon coeur, et le soleil.

« Nous n’aurons plus jamais un jour de pluie
Tous les nuages se sont dissipés
Il faut me croire, encore, quand je te dis
Je ne vois plus que toi (toi), toi (toi) et le soleil
Je ne vois plus que toi (toi), toi (toi) et le soleil »

C. François, 1977




Mer bleue comme tes petits yeux…

23042007

La visite de tonton Barrie et de tata Isa me fait beaucoup de bien tu sais ma puce. Ce petit voyage de trois jours au bord de la mer, à Chichiriviche, dans le Parc Morrocoy, où les plages de sable fin à cocotiers sont si belles, m’a fait oublier, l’espace d’un instant, toutes ces petites choses qui me préoccupent, qui me rendent un peu triste parfois, quand je te sais si loin de moi, impuissant pour le moment. La mer bleue, si bleue, confondue à l’horizon avec ce ciel azur, m’a fait penser à tes petits yeux grand ouverts, qui me fixaient, timides, ce jour si important pour moi que fut celui de notre rencontre mon coeur, le 8 janvier dernier. Nous avons tous beaucoup penser à toi Elena, sache le. Tu étais là, dans ce ciel azur, dans les vagues de cette mer des Caraïbes.

Chichiriviche
Un papa presque heureux. Chichiriviche, 21 avril 2007

 




Arrivée de Tata et Tonton

20042007

Tata Isa et Tonton Barrie sont arrivés aujourd’hui à Caracas pour passer quelques jours de vacances. Je suis vraiment content de les recevoir ici, c’est un peu comme un grand bol d’oxygène venant de France. Nous avons beaucoup parlé de toi, de la situation d’aujourd’hui, et sache bien que Tata et Tonton sont avec nous et feront tout pour que nous puissions avoir une vraie vie de famille tous ensemble. Tu es dans toutes les conversations, dans toutes les histoires mon ange, et plus que jamais, nous sommes unis dans la recherche du bonheur à tes côtés.




Triste anniversaire

16042007

Aujourd’hui est un jour un peu particulier, un bien triste anniversaire. Il y a un an jour pour jour, presque heures pour heures, ta maman t’emmenait loin de moi, dans l’avion pour Paris. Je me souviens encore de mes larmes ce jour là, impuissant, résigné, sachant bien déjà à ce moment là, bien que tu n’étais pas encore parmi nous, que le chemin serait long et difficile.

Je ne me suis pas trompé, le chemin est effectivement le plus mauvais chemin qu’il m’ait été donné de parcourir, je n’aurai d’ailleurs jamais pu imaginer qu’il serait aussi difficile. Mais grâce à Dieu, à tous ces gens qui m’entourent et qui nous soutiennent, ce chemin va s’améliorer peu à peu, j’en suis certain. Je garde la foi et le courage, je sais que ces épreuves même si elles sont terribles, ne pourront que renforcer ma volonté, ma détermination de te voir un jour mon trésor, dans les bras de ton petit Papa.




Si seul…

15042007

Ce soir, je me sens seul, triste et abandonné. J’ai tenté encore d’obtenir des dates pour pouvoir te voir auprès de ta maman, je lui ai indiqué mes dates de retour possible, en fonction de mon travail. J’ai le regret de d’apprendre mon coeur que comme par ironie du sort, ce sont justement les dates oú je serai disponible pour te voir, en France, que ta maman a choisi pour t’emmener en Roumanie. En l’occurence courant juin, août, en octobre pour ton premier anniversaire et en décembre pour ton premier vrai Noël. J’avoue que je reste perplexe devant autant de mauvaise volonté. Je respecte ces choix, mais sur 365 jours dans l’année, il est tout de même incroyable que nous ne puissions pas trouver un accord. Il est si difficile pour moi de prévoir des retours à Paris. Je n’ai pas beaucoup de fenêtres disponibles. Il faudra bien pourtant que ta maman accepte que je te vois mon ange, je suis ton Papa et tu as le droit de me voir. Elle ne peut pas te faire cela. Si nous ne pouvons nous mettre d’accord en adultes responsables, alors nous obtiendrons ce droit légalement, je suis convaincu de cela, ne t’en fais pas.

Depuis 6 mois maintenant que tu es parmi nous, je n’ai eu le droit de te voir que 2 petites heures, le 8 janvier dernier. Ceci est tout simplement honteux et inadmissible! Alors que lors de mes séjours à Paris, en décembre-janvier et mi-février, ce sont près de 30 jours pour lesquels j’étais disponible et qui m’auraient permis de te voir ma puce. Que de temps perdu.

Je reste suspendu tous les jours à de bonnes nouvelles venant de Paris, une valise quasiment toujours prête au cas oú… une petite fenêtre s’ouvrirait, pour prendre un billet pour Paris et te serrer bien fort mon bébé.

Malgré cette tristesse qui m’accompagne, je reste serein, confiant, avec la foi. Je sais que je suis dans mes droits de Papa, je sais que le vent tournera, je sais que bientôt je vais te revoir, avec quelques mois de plus, tu as sans doute tant changé… Ton Papa t’embrasse fort mon ange.

« Je voulais te dire que je t’attends
Et tant pis si je perds mon temps.
Je t’attends, je t’attends tout le temps,
Ce soir, demain, n’importe quand.
Comme quelqu’un qui n’a plus personne
S’endort près de son téléphone
Et qui te cherche à son réveil,
Tout seul au soleil, j’attends.
Je voulais te dire que je t’attends.
Si tu savais comme je t’attends !
Je t’attends, je t’attends tout l’temps.
Quand seras-tu là ? Je t’attends.
Si tu savais comme je t’attends !
Je t’attends, je t’attends tout l’temps.
Je voulais te dire que je t’attends. »
M. Jonasz, 1976




20000!!!

12042007

Nous avons passé le cap des 20000 visites aujourd’hui. Je suis si fier et heureux que vous soyez si nombreux à passer nous voir, à venir prendre des nouvelles d’Elena, quand j’en ai.

Nous ne sommes qu’au tout début du chemin, la route est encore bien longue, mais grâce à vous tous, je garde la force de me battre et d’avancer. Vos témoignages, vos signes d’amitiés sont pour moi chaque fois de grands moments de bonheur et d’émotion. J’espère bien vite que ce blog pourra vous offrir d’autres nouvelles de ma petite puce qui est pour le moment si loin de moi.

Merci pour Elena.

elena20000v.jpg

 




Coupure Internet

10042007

Ma petite puce, je suis coupé du réseau Internet depuis hier, depuis la maison jusqu’à ce que la ligne Internet soit à nouveau opérationnelle, ce qui prendra quelques jours, ou même quelques semaines. J’essaierai cependant de passer sur notre blog de temps en temps pour que le peu que nous ayons pour le moment perdure, pour que tu saches que je suis toujours là, et que je ne t’oublie pas mon ange.

J’ai reçu ces jours derniers des nouvelles de la personne qui s’occupe de nous, là-bas, en France, tout prêt de chez toi. Elle me dit que pour le moment il n’y a rien de bien concret qui s’annonce. Il nous faut encore être patient, un petit peu plus. Nous commençons à avoir l’habitude.




Détente à la campagne

8042007

J’ai profité de quelques jours de repos avant le déménagement définitif ce dimanche, pour aller me promener un peu dans les Llanos, plaines fertiles du Sud du Venezuela. Je suis sûr que ces souvenirs marqués au fer rouge dans ma mémoire feront de bien belles histoires à te raconter ma puce, quand tu seras un peu plus grande, avant de t’endormir. Des petites histoires qui sentent l’aventure, avec tout ce que cela implique : des crocodiles, des piranhas (poissons carnivores!), tout plein d’oiseaux de toutes les couleurs, et même un petit prince et sa princesse. Il me tarde de me faire compteur et de te faire partager ces moments d’émotions, et voir briller tes petits yeux devant ces contes des temps modernes.

losllanos2.jpg

Apure, 7 avril 2007




Le demi-anniversaire d’Elena

4042007

Aujourd’hui mon ange tu as 6 mois. Cela fait déjà 6 mois que tu es parmi nous mon coeur! J’avoue que j’ai du mal à me rendre compte de ce temps qui passe, qui court et qui file loin devant sans nous attendre. Ces six mois m’ont semblé si longs, mais ces deux toutes petites heures passées près de toi ce 8 janvier dernier ont mis un peu en parenthèse toutes ces longues nuits et journées à attendre de tes nouvelles. Heureusement que j’ai pu te voir, te prendre dans mes bras même aussi peu ce jour là, je n’aurai pas pu accepter de manquer ce rendez-vous.

Depuis le 19 février dernier, autre date importante pour nous mon bébé, je reste serein, confiant dans la procédure en cours, calme mais aussi déterminé pour la suite. Je reste pour le moment totalement dépendant des volontés un peu abusives et unidirectionnelles de ta maman qui ne souhaite absolument pas que l’on se voit avant au mieux le 23 juillet (cela fera donc 2 heures de tendresse avec ton papa en l’espace de 9 mois!!). J’espère que l’avenir nous donnera raison ma puce.

Je te souhaite donc un joyeux mini-anniversaire mon coeur et je t’envoie plein de gros bisous.

images.jpeg