• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 17 juillet 2007

Ma petite princesse

17072007

Ma petite puce, je reprends ma plume ce soir car mon vœu le plus cher a été exaucé. Je ne remercierais jamais assez le ciel de m’avoir écouté et ta maman d’avoir changé sa décision, et quelles que soient les motivations ou les raisons qui ont fait qu’elle a changé d’avis, je lui suis infiniment reconnaissant de m’avoir comblé de bonheur ce soir en me donnant la possibilité d’être avec toi quelques heures.

Un rendez-vous a été improvisé en fin de journée, vers 18h30 avec toi ma petite libellule. Jamais je n’aurais pu imaginer ce moment si merveilleux !! Tu es si belle ma petite princesse, si attendrissante et si souriante, j’ai vraiment ressenti une émotion indescriptible quand je t’ai vu arriver, le sourire aux lèvres. Je suis fou de toi ma petite puce, et je n’aurais jamais imaginer que tu aies pu autant changer et être aussi belle. Je suis si fier et si heureux d’être le Papa de cette si jolie petite fille et reconnaître en toi tant de petits bouts de moi. Tu ressembles beaucoup à ta maman quand elle était petite mon coeur, et je souhaite que tu gardes à tout jamais ces petits yeux bleus si magnifiques.

J’ai vraiment été comblé de bonheur ce soir, comme tu ne peux l’imaginer mon bébé, avoir enfin la chance de me promener avec toi dans les bras ou dans ta petite poussette, sentir ta tête sur mon épaule, dévorer tous tes petits sourires, jouer du regard avec toi. Et sentir peut être pour la toute première fois ce sentiment si fort d’être enfin un vrai Papa, ce que j’attendais depuis de si long mois : choisir avec toi des jolies petites chaussures, faire du « shopping » et te trouver de beaux petits vêtements que tu mettras cet été.

J’aurais aimé que ces deux heures de plénitude et de bonheur indescriptible ne s’arrêtent jamais, mais après une petite promenade pour faire quelques courses, il a bien fallu te quitter ma petite puce et te laisser retourner à ta petite vie tranquille auprès de ta maman, et moi à la mienne. Demain, à l’aube, Papa reprend l’avion pour Caracas. Mais je sais déjà qu’aujourd’hui un nouveau jour est arrivé, une page s’est tournée. J’attends maintenant sagement la décision de notre bienfaiteur, et d’ors et déjà avec une impatience que je ne saurai dissimuler notre prochain rendez-vous du mois d’août qui fera à nouveau de moi un Papa heureux et comblé. Je t’aime ma petite princesse, tu es mon rayon de Soleil.

elena.jpg
Ma petite princesse…

elena5.jpg
Dans les bras de ton Papa, enfin…

elena2.jpg
Une petite promenade avec Papa?

elena3.jpg
Au magazin de chaussures…

elena4.jpg
Un gros calin à Papa…




Epreuve de vérité…

17072007

17 Juillet 2007, 10 heures, Palais de Justice de Pontoise. J’avais rendez-vous ce matin avec mon destin mon ange, un rendez-vous important pour nous mon coeur, fruit de nombreux mois d’attente et de patience, pour peut-être enfin voir le bout du tunnel. J’ai croisé ta maman dans les couloirs, nous avons à peine échangé quelques mots, c’était un peu difficile.

Je ne vais pas m’étendre des heures sur les minutes passées à huit clos, devant le juge, les avocats évoquant tour à tour leur propre vision des faits. Un moment très éprouvant pour moi, pour ta maman aussi, je le sais. Je suis triste d’avoir été obligé d’en arriver là, et je le regrette infiniment mon cœur, si j’avais pu épargner cela à ta maman, je l’aurais sans doute fait. Je ne voulais qu’une seule chose, avoir ma petite place à tes côtés, et pour cela, il m’a fallu faire les choses de manières officielles, étant donné que ta maman ne souhaitait jusqu’alors que m’accorder un rôle infime dans ta vie de petite fille.

Sache que ta maman et ces différents témoins, que je connais pour certains, ont essayé dans leurs déclarations de montrer que je n’étais pas en mesure de bien m’occuper de toi, et que pour le moment il n’était pas envisageable de me laisser te voir trop souvent, mais petit à petit, progressivement, et que le partage de l’autorité parentale avec ta maman n’avait pas lieu d’être. Je suis bien évidemment un peu déçu par de tels propos qui n’ont pas lieu d’être. Je ne veux aucunement t’arracher à ta maman ma petite puce, mais juste vivre ma vie de papa le plus souvent possible à tes côtés, et te voir aussi souvent que je pourrais le faire. J’espère que mon message est bien passé auprès de Mme le Juge, qui rendra sa décision finale le 26 juillet prochain. Tu ne seras pas là mon cœur à cette date car tu seras en Roumanie, mais quelle que soit cette décision je serais tout prêt de toi.

J’ai demandé à ta maman de te voir ce soir, avant mon départ, mais elle a refusé, m’indiquant qu’elle n’avait pas le temps de s’organiser. Je suis bien évidemment déçu, mais elle m’a dit qu’elle m’appellera d’ici ce soir le cas échéant. Je prie les anges de pouvoir te voir quelques heures avant de retourner au Venezuela, ce serait mon plus beau cadeau.