• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 6 novembre 2007

Notre bonne étoile veille

6112007

Je sais que nos amis sont très nombreux ce soir à prendre de nos nouvelles et à venir voir ce qui s’est passé ce matin à la cour d’Appel de Versailles. Je ne leur exprimerai jamais assez ma reconnaissance et mon amitié pour tout ce qu’ils peuvent nous apporter comme chaleur et sympathie. J’espère un jour, qui sait, pour les plus fidèles d’entre-eux les rencontrer pour te les présenter ma petite princesse, j’en serais fier et ému, car c’est grâce à eux tous que je garde aussi jours après jours la force de me battre et de rester debout.

Aujourd’hui, Elena, mon petit ange, malgré toutes les tentatives désespérées et inutiles à long terme de ta maman pour éviter une audience qui aurait pu lui être défavorable, malgré l’absence totalement folle et surréaliste de maman et de ses avocats, le juge de la Cour d’Appel de Versailles a entendu notre voix et a accepté de nous recevoir pour que nous plaidions notre cause. L’ultime tentative a donc échoué et aura été vaine. Mon avocat a donc pu tranquillement à nouveau réexpliquer pourquoi depuis plus d’un an maintenant un papa se bat pour sa petite princesse. Je félicite Maître Singer pour son professionalisme car tout comme moi elle n’a jamais laissé tomber malgré les coups bas, les contacts difficiles et la particularité de la situation. Je ne sais pas de quoi demain sera fait ma puce, mais je sais qu’aujourd’hui sans aucun doute quelques points ont été marqués au score. J’espère à présent que très vite une décision sera prise éclairant enfin le chemin qui se présente devant nous d’une lumière un peu plus vive.

Plus qu’une journée demain à passer avant de me rendre auprès de toi. Mon coeur commence à battre un peu plus fort, avec cette petite angoisse malgré tout au fond de moi: reconnaîtras tu en moi ton petit papa que tu n’as pas vu depuis de si longs mois?, l’appel du sang sera t’il plus fort que tout?, rattraperons nous un peu en deux jours toutes ces semaines perdues à jamais? Je me prends à  y croire mon ange. Oui je crois que oui.