• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 9 novembre 2007

Retour à la réalité: tu me manques…

9112007

Il est tard mon ange, 23h50, me voici de retour à Paris, dur retour à la réalité après ces deux merveilleuses et bien trop courtes journées passées à tes côtés. Tu es véritablement une enfant merveilleuse et resplendissante ma petite libellule tu sais, et je sais aujourd’hui pourquoi je me démène autant depuis des mois: pour ce si beau sourire, pour ces si jolis yeux, que tu m’as offert tels de fabuleux cadeaux.

Je suis d’autant plus heureux et fier, que nous nous sommes reconnus, le sang a parlé mon petit ange. Même s’il a fallu une petite heure pour que je t’apprivoise enfin, nous nous sommes (re)trouvés. Je ne vais pas m’étendre des heures sur ces heures magiques et émouvantes, les photos ci-jointes en diront sans aucun doute beaucoup plus, mais sache que ton papa est très ému ce soir. Nous avons pour la première fois passé toute la journée ensemble, et j’ai enfin pu être ton papa « pour de vrai ». Vives les promenades en poussette au Parc, vive le T-Shirt plein de soupes aux légumes, vives les couches pleines de petits cadeaux pour papa, vives les dodos à deux, vives les poutous et les calins… Enfin…

Tu as été adorable tout le long de ces deux jours et il n’y a que quand tu m’as vu mettre mon anorak pour partir que tu es devenue un peu grognon, tu ne voulais pas me quitter des bras et me laisser partir. J’avais vraiment le coeur gros gros gros de devoir te laisser mon ange, crois-moi, et j’ai vraiment dû puiser au plus profond de moi les forces pour ouvrir la porte et sortir dans le froid. C’est les yeux couleur de pluie que je t’ai fait des petits signes dans les escaliers, pendant que tu me fixais sans mot dire et que tu me regardais m’éloigner lentement. Mamie m’a dit que tu n’as pas voulu dormir après mon départ, et que tu n’as pas quitté ton nouvel ami Zébulon (le petit zèbre que Papa t’avait apporté) de la soirée. Je pense qu’inconsciemment tu réalises un certain nombre de choses mon coeur, sans les comprendre encore, mais sans doute as-tu reconnu en moi, ce petit quelque chose qui te manque un peu.

Il n’est pas utile de rajouter que tu me manques, terriblement et que je pense déjà à la prochaine fois, très bientôt ma petite princesse, pour les fêtes de Noël, et cette fois-ci je l’espère le temps ne nous sera pas compté.

Bucarest 8-9 novembre 2007
Album : Bucarest 8-9 novembre 2007

Les premiers vrais moments de complicité avec Papa. Un vrai bonheur...


75 images
Voir l'album