Dur retour à la réalité

11 11 2007

C’est le coeur un peu serré que je reviens à Caracas mon ange ce soir. Je garde en mémoire et dans mes yeux ébahis toutes ces images de bonheur que tu m’as offertes durant ces deux jours à Bucarest. Mais je reste malgré tout un peu pessimiste et vigilant pour la suite des événements.

En effet, je n’ai pas voulu parler de cela jeudi et vendredi car je ne voulais pas gâcher ces belles journées, mais tout ne s’est pas si bien terminé au moment de mon départ. Mamie avait tenu à m’accompagner à l’aéroport seule pour soit disant s’assurer de mon départ et pour « conclure » sur ces deux journées. Je n’avais pas d’à priori et j’ai accepté sans hésitation. Bien mal m’en a pris car j’ai eu droit à une nouvelle expertise psycho-sociale de Mme La Professeur de Psychologie. En gros sans rentrer dans les détails, je suis fou et malade d’avoir cette attitude (tu sais que ton papa est un peu fou-fou mon coeur, mais pas à ce point!) avec ta maman, en l’ocurrence lui faire ce procès. J’ai tenté d’expliquer que si nous continuons les procédures en justice c’est parce que sa fille a fait appel et donc a souhaité pour des raisons que nous ignorons encore poursuivre ce procès. Elle m’a aussi dit que je devrais pour ton bien mon ange, songer à refaire ma vie avec ta maman, et recoller les morceaux. Elle pensait que je revenais pour cela… FICHTRE!! Je comprends maintenant pourquoi elle était si compréhensive ces derniers jours.

Malgré toutes ces considérations et le fait que je sache que tu as besoin de tes deux parents à tes côtés ma petite libellule, malgré le respect que je continue d’avoir pour ta maman et ta famille roumaine mon bébé, il ne faut pas se mentir mon coeur, je ne reviendrais jamais vivre avec ta maman, que ce soit à Bucarest, Paris ou Tambouctou. Je ne pourrais jamais mon ange, même pour toi, pas après tout ce qu’elle nous a fait. Je suis désolé de t’apprendre cela, ta maman te dira peut-être un jour que « papa n’a pas voulu venir vivre avec nous », mais c’est tout simplement impossible. Tu dois avoir tes deux parents présents près de toi, mais pas à n’importe quel prix.

Les conclusions ont été rapides ensuite, elle m’a dit que la justice tranchera et me donnera ou pas des droits. J’attends en effet avec impatience la décision qui sera prise prochainement, il n’y aura que cela qui nous permettra d’établir des bases solides et sûres. Je ne te cache pas que t’emmener en France pour les vacances de janvier va être difficile, étant donné que j’ai le sentiment que personne ici ne souhaite que tu t’en ailles seule avec des « inconnus », à en juger par la garde rapprochée que j’ai eu durant ces deux jours. Personne n’a apparemment conscience non plus, que ce n’est pas une affabulation de plus de ma part, mais qu’il y a de fortes fortes chances que cette décision tombe dans les jours qui viennent. Rien n’est joué ma princesse, crois-moi, nous devons nous attendre à d’autres moments difficiles.

Je rêve d’autres jeux avec toi, d’autres calins avec toi, je l’espère bientôt.

« Well some say I’m lazy
And others say that’s just me
Some say I’m crazy
I guess I’ll always be
But it’s been such a long time
Since I knew right from wrong
It’s all the means to an end, I,
I keep on movin’ along

You’re one in a million
Yeah, that’s what you are
You’re one in a million, babe
You are a shooting star
Maybe someday we’ll see you
Before you make us cry
You know we tried to reach you
But you were much to high
Much to high »

Guns N’ Roses, 1988


Actions

Informations



3 réponses à “Dur retour à la réalité”

  1. 12 11 2007
    valilou et Mélyne (07:48:31) :

    C’était trop beau pour être vrai… Effectivement leur gentillesse cachait quelque chose! Ne pense pas à tout ça, garde juste en mémoire ces merveilleux moments passés avec ta fille! Et j’espère que la justice sera « juste » et te permettra de vivre d’autres merveilleux moments !

  2. 13 11 2007
    sabine (02:12:11) :

    Quelle tristesse de lire ces mots. J’y croyais à cette gentille Mamie. Ne baisse pas les bras, courage.
    Biz.
    Sabine

  3. 15 11 2007
    elisiana64 (15:51:37) :

    Je ne connais pas ton histoire et ton vécu, mais tes mots m’ont terriblement ému, je suis une maman seule avec trois jeunes souris, pendant des mois, je me suis battu envers et contre tous pour obtenir la garde de mes souris, c’est une longue histoire, mais le papa avait aussi fait des choses qu’ils étaient impossible de recoller, même pas au prix d’un chantage de garde pour un retour de ma part. Je te souhaite beaucoup de courage

Laisser un commentaire