• Accueil
  • > Archives pour novembre 2007

Nos mains…

10112007

elena7.jpg

« Quand on ouvre nos mains
Suffit de rien dix fois rien
Suffit d’une ou deux secondes
A peine un geste, un autre monde
Quand on ouvre nos mains »
J.J. Goldman, 1997 




Retour à la réalité: tu me manques…

9112007

Il est tard mon ange, 23h50, me voici de retour à Paris, dur retour à la réalité après ces deux merveilleuses et bien trop courtes journées passées à tes côtés. Tu es véritablement une enfant merveilleuse et resplendissante ma petite libellule tu sais, et je sais aujourd’hui pourquoi je me démène autant depuis des mois: pour ce si beau sourire, pour ces si jolis yeux, que tu m’as offert tels de fabuleux cadeaux.

Je suis d’autant plus heureux et fier, que nous nous sommes reconnus, le sang a parlé mon petit ange. Même s’il a fallu une petite heure pour que je t’apprivoise enfin, nous nous sommes (re)trouvés. Je ne vais pas m’étendre des heures sur ces heures magiques et émouvantes, les photos ci-jointes en diront sans aucun doute beaucoup plus, mais sache que ton papa est très ému ce soir. Nous avons pour la première fois passé toute la journée ensemble, et j’ai enfin pu être ton papa « pour de vrai ». Vives les promenades en poussette au Parc, vive le T-Shirt plein de soupes aux légumes, vives les couches pleines de petits cadeaux pour papa, vives les dodos à deux, vives les poutous et les calins… Enfin…

Tu as été adorable tout le long de ces deux jours et il n’y a que quand tu m’as vu mettre mon anorak pour partir que tu es devenue un peu grognon, tu ne voulais pas me quitter des bras et me laisser partir. J’avais vraiment le coeur gros gros gros de devoir te laisser mon ange, crois-moi, et j’ai vraiment dû puiser au plus profond de moi les forces pour ouvrir la porte et sortir dans le froid. C’est les yeux couleur de pluie que je t’ai fait des petits signes dans les escaliers, pendant que tu me fixais sans mot dire et que tu me regardais m’éloigner lentement. Mamie m’a dit que tu n’as pas voulu dormir après mon départ, et que tu n’as pas quitté ton nouvel ami Zébulon (le petit zèbre que Papa t’avait apporté) de la soirée. Je pense qu’inconsciemment tu réalises un certain nombre de choses mon coeur, sans les comprendre encore, mais sans doute as-tu reconnu en moi, ce petit quelque chose qui te manque un peu.

Il n’est pas utile de rajouter que tu me manques, terriblement et que je pense déjà à la prochaine fois, très bientôt ma petite princesse, pour les fêtes de Noël, et cette fois-ci je l’espère le temps ne nous sera pas compté.

Bucarest 8-9 novembre 2007
Album : Bucarest 8-9 novembre 2007

Les premiers vrais moments de complicité avec Papa. Un vrai bonheur...


75 images
Voir l'album




Première vraie journée de bonheur

8112007

Le jour tant attendu est enfin arrivé!! Je ne dispose que de quelques minutes ma princesse pour exprimer tout ce bonheur et cette émotion qui m’a submergée cette journée passée auprès de toi, car je suis chez ton tonton Florin. Je suis profondément ému et touché d’avoir pu si longuement profiter avec toi de ces long moments de tendresse et de complicité.

Oh, c’est vrai que tu étais un peu timide à mon arrivée, mais peu à peu je t’ai senti te rapprocher un peu et devenir moins farouche. Mamie t’avait mis ton joli ensemble rose et mauve que je t’avais envoyé et comme tous nos amis pourront le voir sur les photos que je mettrais en ligne très vite, tu étais vraiment une vraie petite princesse. Tu es si belle ma petite libellule si tu savais, tu ne peux pas imaginer comme ton petit papa est fier de toi mon coeur.

J’ai adoré ces moments passés auprès de toi mon trésor car pour la première fois dans ma vie de papa j’ai pu échanger avec toi les vrais calins dont je rêvais tellement, et te faire tous les bisous que l’on m’avait chargé de te faire de France. Et que tous les demandeurs soient rassurés tu as été gâtée!! Le moment des jeux avec ton papounet a aussi été un grand moment propice aux sourires et aux échanges de regards complices, comme celui de la soupe de 17h et la petite promenade nocturne toute emmitoufflée dans tes doudounes dans le froid des rues bucarestoises. Non vraiment je suis heureux ce soir, heureux et encore plus fier de ce combat que je livre depuis des mois, car aujourd’hui, j’avais enfin devant moi le fruit de mes efforts et de mes sacrifices.

Je n’ai pas vu ta maman qui n’a pas souhaité me voir, peu m’importe, je ne venais pas pour elle, mais je trouve cela un peu dommage. Merci en tous les cas du fond du coeur à toute la famille de maman pour leur accueil, leur sympathie, leur chaleur et leur compréhension. Je ne leur serai jamais assez reconnaissant.

Il est tant pour moi de te laisser mon ange, j’aurais aimé être là ce soir pour te donner le bain, te border un peu et de conter une petite histoire avant de t’endormir et surtout te faire le gros bisou de bonne nuit que je rêvais de te faire, mais il  semble que je n’étais pas le bienvenu. Ce sera pour une prochaine fois.

Il  me tarde déjà d’être à demain matin pour encore à nouveau te faire rire aux éclats comme tu l’as fait si souvent aujourd’hui. Bonne nuit mon petit ange. Ton Papa qui t’aime.

dodonounours.jpg

Dors mon ange, Papa revient demain…




Demain le grand jour

7112007

Je suis prêt. Quelques heures me séparent encore de toi ma petite libellule. Demain, à cette heure-ci je devrais te tenir dans mes bras. J’oublie mes angoisses et mes peurs, je suis sûr que demain, tout se passera bien. Je vais m’absenter quelques jours, pour revenir samedi plein de belles images dans les mirettes, plein d’émotions à raconter à tous nos amis. A très bientôt sur le Blog d’Elena, pour la suite de cette grande aventure. Bises à tous.

123partez.jpg




Notre bonne étoile veille

6112007

Je sais que nos amis sont très nombreux ce soir à prendre de nos nouvelles et à venir voir ce qui s’est passé ce matin à la cour d’Appel de Versailles. Je ne leur exprimerai jamais assez ma reconnaissance et mon amitié pour tout ce qu’ils peuvent nous apporter comme chaleur et sympathie. J’espère un jour, qui sait, pour les plus fidèles d’entre-eux les rencontrer pour te les présenter ma petite princesse, j’en serais fier et ému, car c’est grâce à eux tous que je garde aussi jours après jours la force de me battre et de rester debout.

Aujourd’hui, Elena, mon petit ange, malgré toutes les tentatives désespérées et inutiles à long terme de ta maman pour éviter une audience qui aurait pu lui être défavorable, malgré l’absence totalement folle et surréaliste de maman et de ses avocats, le juge de la Cour d’Appel de Versailles a entendu notre voix et a accepté de nous recevoir pour que nous plaidions notre cause. L’ultime tentative a donc échoué et aura été vaine. Mon avocat a donc pu tranquillement à nouveau réexpliquer pourquoi depuis plus d’un an maintenant un papa se bat pour sa petite princesse. Je félicite Maître Singer pour son professionalisme car tout comme moi elle n’a jamais laissé tomber malgré les coups bas, les contacts difficiles et la particularité de la situation. Je ne sais pas de quoi demain sera fait ma puce, mais je sais qu’aujourd’hui sans aucun doute quelques points ont été marqués au score. J’espère à présent que très vite une décision sera prise éclairant enfin le chemin qui se présente devant nous d’une lumière un peu plus vive.

Plus qu’une journée demain à passer avant de me rendre auprès de toi. Mon coeur commence à battre un peu plus fort, avec cette petite angoisse malgré tout au fond de moi: reconnaîtras tu en moi ton petit papa que tu n’as pas vu depuis de si longs mois?, l’appel du sang sera t’il plus fort que tout?, rattraperons nous un peu en deux jours toutes ces semaines perdues à jamais? Je me prends à  y croire mon ange. Oui je crois que oui.

 




Tentative de déstabilisation

5112007

Aujourd’hui comme tu peux l’imaginer, j’ai eu des contacts avec notre avocat à plusieurs reprises en prévision de demain. Il semble que ta maman, une fois n’est pas coutume, ait essayé à nouveau de repousser l’échéance et de nous mettre des bâtons dans les roues. En effet, aujourd’hui, à la veille de l’audience en appel qui a été requise à sa demande, nous n’avons toujours pas en notre possession ces conclusions, c’est à dire ces souhaits et les raisons qui l’ont amenée à recourir à l’appel. De plus, j’ai appris en fin de journée qu’elle avait pris la décision brutale et in-extremis hier de destituer son avocat de l’affaire. Cela je ne dois pas le cacher risque de compromettre voire de réduire à néant les efforts portés jusqu’à aujourd’hui et qui m’ont amenés à me présenter demain matin devant la cour, pour répondre de mes droits. Car ces manoeuvres sont calculées, ta maman sachant bien que cela risque d’engendrer un report d’audience toujours délicat et difficile à estimer. Les vacances de Noël approchent à grands pas et un report pourrait être dramatique. J’ai à nouveau pris un petit bleu à l’âme ce soir, mais je préfère me concentrer sur demain, parce que rien n’est joué, ce sera peut être plus préjudiciable à ta maman qu’à ton papa toutes ces manoeuvres désespérées pour reculer une échéance qui tôt ou tard tombera tel un couperet. Mais plus dure sera la chute mon ange.

Je me suis consolé en appelant ta mamie mon coeur en prévision de jeudi et vendredi, pour ma petite visite à Bucarest. Ta mamie m’attend et m’a affirmé que nous allons pouvoir passer de longues heures ensemble pendant que ta maman sera au travail. Je me sens rassuré et je suis fier de ta mamie ma puce qui malgré les difficultés, le contexte tendu semble comprendre la situation et nous aide à préparer nos retrouvailles.

Demain sera je l’espère un jour important, Mamie Christine et Papi Richard seront avec moi, spécialement venus de Bourgogne pour me soutenir dans cette nouvelle épreuve, je ne les remercierai jamais assez.

Une bonne nuit m’attend à présent, pour arriver demain devant les juges, en pleine forme.

 




Promenade automnale à Paris

4112007

Me voilà donc à Paris de nouveau, après de si longs mois, profitant en ce dimanche d’automne des premiers froids qui me changent des mes 28° quotidiens là-bas de l’autre côté de l’Atlantique. Toutes ces belles couleurs, ce ciel si bleu aujourd’hui me laisse présager de bonnes choses pour mardi prochain. J’ai hâte d’être à ce grand rendez-vous mais hâte aussi d’être jeudi à Bucarest, pour te retrouver enfin.

J-4 mon ange avant nos grandes retrouvailles. Ton papa n’est plus très loin maintenant ma puce.

 

provenceautomne.jpg

 




Départ pour Paris

2112007

Le moment est venu pour moi de quitter Caracas pour quelques jours pour d’autres rendez-vous importants de ma vie de Papa. D’abord mardi prochain, au tribunal où devrait se sceller plus ou moins définitivement notre destin mon coeur, et jeudi-vendredi pour des retrouvailles avec ma petite princesse que je n’ai pas vu depuis juillet.

Je souhaite du fond du coeur que cette petite semaine passée d’abord à Paris, puis à Bucarest, illumine de joie nos deux vies aujourd’hui si lointaines et nous apporte à toi et à moi mon trésor, ce petit plus qui nous manque tellement. A très très bientôt ma petite puce.

« Il manque quelqu’un près de moi
Je me retourne tout le monde est là
D’où vient ce sentiment bizarre que je suis seul
Parmi tous ces amis et ces filles qui ne veulent
Que quelques mots d’amour

Je t’envoie mes images
Je t’envoie mon décor
Je t’envoie mes sourires des jours où je me sens plus fort
Je t’envoie mes voyages
Mes jours d’aéroport
Je t’envoie mes plus belles victoires sur l’ironie du sort »

M. Berger, 1979