• Accueil
  • > Archives pour février 2008

25 mars: la délivrance

27022008

Une longue journée d’attente, difficile et épuisante. J’étais hier après-midi au Tribunal de Versailles, pour la dernière ligne droite. Une longue, très longue attente avant de passer devant les juges. Maman n’était évidemment pas là, cela aurait vraiment été grotesque et indécent qu’elle se présente après ces déclarations et cette procédure qu’elle a lancé pour tenter de destituer ton papa de ses droits. Je pense que personne n’a vraiment été dupé par ces allégations, même si l’avocat de maman, a quand même parlé d’un doute possible sur la paternité de ton papa qui t’a reconnu il y a un peu plus d’un an.

Malheureusement, papa devra sans doute se battre à nouveau en Roumanie, pour que ce droit lui soit reconnu. Je devrais être convoqué à Bucarest prochainement pour une audition par un juge suite à la contestation de paternité déposée par ta maman. J’ai un peu d’appréhension à vrai dire face à cette nouvelle montagne qui se lève devant notre chemin, mais je sais que la force est avec nous et que nous surmontrons tout cela.

Les juges ont écouté, religieusement, j’espère maintenant qu’ils comprendront que nous ne pouvons laisser maman faire ce qu’elle veut comme bon lui semble.

Il nous faut maintenant attendre le 25 mars pour avoir enfin la réponse définitive à nos interrogations, et pour enfin commencer à planifer nos retrouvailles, nos vacances…




Ready to fly…

22022008

Mon ange, je suis maintenant à quelques heures de prendre l’avion, ferme et déterminé malgré les coups de poignard reçus en début de semaine. Il me tarde vraiment d’être à mardi maintenant pour en finir une fois pour toute avec cela et mettre en place les procédures avec le Ministère des Affaires étrangères pour enfin faire valoir nos droits. Je suis avec toi ma petite libellule, je ne pourrais sans doute pas venir te voir avant de longs mois maintenant, mais dès que Papa pourra il prendra l’avion et filera comme le vent vers sa petite puce.

Je t’embrasse fort mon trésor et je passerai par ici, dès mon arrivée à Paris… C’est à dire demain après une nuit passée au dessus de l’Atlantique…




Lacheté, égoïsme et mensonges

19022008

En ce jour anniversaire de l’acte de reconnaissance de paternité de ma petite pupuce, c’est par ces trois mots si forts que je commencerai mon billet ce soir ma jolie princesse. Je ne sais vraiment pas quoi dire d’autre de ta maman ma puce tant je suis désorienté, outré, et honteux mon coeur d’avoir partagé la vie d’une personne aussi fausse et malhonnête, malgré que ce soit sans aucun doute, la maman de ma toute petite et si jolie libellule.

J’attendais un éventuel accord de ta maman sur les bases de ce que je souhaitais le mieux pour nous deux, à savoir pouvoir te voir le plus souvent possible et surtout dans de bonnes conditions, c’est à dire dans la mesure du possible en France, dans ta famille, à l’abri des agressions verbales, des coups-bas et des mensonges de ta maman et des siens. Ayant fait déjà tant de concessions, en ayant fait tant d’autres encore lors de la proposition de cet accord, j’avais l’infime espoir que maman se déciderait enfin à m’écouter, à nous écouter, pour le bien de tous, pour ne plus perdre nos heures, notre énergie, notre argent à batailler pour quelque chose qui semblait évident et si simple: le droit d’une petite fille de 16 mois à voir son Papa…

Et bien non, dans un ultime sursaut de rage ou d’orgueil, dans une ultime manoeuvre folle et desespérée, maman a fait ce que personne jamais n’aurait pu imaginer: une contestation de ma paternité dont j’ai pris connaissance aujourd’hui, jour pour jour un an après t’avoir reconnu à la Garenne-Colombes, les yeux rougis, ému d’un acte que je faisais pour la première fois.

J’ai eu cet acte en main aujourd’hui mon ange, par l’intermédiaire de notre avocat, un acte déposé le 14 février dernier au Tribunal de grande instance de Bucarest. En plus d’être malsain, abject et dégoûtant, ce torchon déposé auprès du Tribunal de Bucarest recèle d’innombrables mensonges et ignominies que jamais je n’aurai pu imaginer venant de la mère de ma petite fille.

Jusqu’à maintenant mon coeur, je ne souhaitais pas forcément te dire les choses si clairement, si brutalement, de manière si transparente, mais pour toi, comme un témoignage laissé gravé sur la Toile, pour tous les gens qui connaissent ou qui ont connu maman, je ne peux pas laisser dire de telles choses, mensongères, humiliantes et diffamatoires. Mon Dieu, pardonne moi d’avance pour cela mon trésor, mais tu dois savoir ce que ta maman pense de ton Papa.

Maman ose dire dans un acte officiel, un acte de justice dans lequel tout citoyen est sensé dire la vérité que je ne suis pas ton Papa ma petite pupuce, et que je l’ai même reconnu et revendiqué devant des témoins et devant ma famille en personne. Elle appuie par ailleurs cette affirmation en disant que lors de ta conception je n’étais pas en France (tu as été concu le 4 ou 5 janvier 2006, j’étais à Paris depuis le 20 décembre 2005!!). Elle termine finalement son flot de paroles indécentes par une affirmation selon laquelle, mon ex-femme Christelle, de qui j’ai divorcé courant 2004 pour divergence d’opinion et choix mutuel, aurait demandé le divorce en raison de mon caractère particulièrement violent et surtout de mon refus d’avoir des enfants. Je sais que Christelle avec qui je suis resté très lié serait outrée d’entendre et de lire des choses aussi horribles sur la personne avec qui elle a vécu durant de si longues années.

Je ne souhaite pas accabler maman, je ne souhaite pas lui faire du mal, je ne veux pas que nos amis pensent que je dis tout cela pour lui nuire, mais pour ma famille, pour mes amis, pour tous les gens qui me connaissent, pour tous les gens qui connaissent ou qui connaissaient il y a peu encore ta maman, il faut rétablir la vérité: maman n’est pas la femme modèle, intègre, honnête et bien sous tout rapport qu’elle laissait paraître. Je sais qu’ils sont nombreux, en région parisienne, près de Nanterre à suivre nos aventures sur le Blog et qui déjà il y a peu s’étaient rendu compte de tout cela. Osons dire la vérité!!

Personne n’est dupe cependant, je l’espère, et je ne vois vraiment pas en quoi tout cela va la mener. Je suis déçu, triste et bouleversé d’en arriver à te raconter tout cela mon ange, sincèrement, j’aurai préféré ne jamais à avoir à le faire. Mais les choses vont trop loin à présent, les coups de poignard se font plus précis, plus appuyés, plus forts. Maman essaie de m’avoir à l’usure, jusqu’à ce que je craque, que je lâche et que j’abandonne enfin mon précieux trésor, résigné et meurtri.

NON ma princesse, Papa ne se laissera pas intimider par de telles horreurs, je sais et je suis intimement convaincu que je suis ton Papa, ça personne ne pourra le nier, et aujourd’hui plus que jamais je vais me battre jusqu’à ce que justice soit rendue. J’ai foi en la justice de notre pays, et que ce soit dans le cadre d’un droit de visite ou d’hébergement classique ou complet je resterais et je serais toujours ton Papa, quoiqu’il advienne mon ange… Ton Papa t’aime.




Petite mise à jour

17022008

J’ai profité de ce dernier week-end avant mon retour à Paris, pour préparer les documents dont je risque d’avoir besoin la semaine prochaine et pour remettre un peu à jour notre joli site.

J’ai enfin remis à jour la page « Elena en musique » qui avait pris un peu de retard et j’ai aussi placé quelques nouveaux liens, dont celui du site d’Eric, un autre papa formidable, que j’invite tous nos visiteurs à découvrir (http://pere.over-blog.com). Tu vois ma puce, nous ne sommes pas les seuls, il y a d’autres petits garçons et petites filles qui souffrent de ne pas voir leur papa.

J’ai eu des bonnes surprises ces derniers jours aussi, car j’ai pu retrouver, à travers toi et notre Blog ma princesse, des amis que le temps et la vie avaient un peu séparé de moi. Je remercie ainsi le ciel d’avoir remis sur ma route mon vieux copain Stéphane, ami de lycée, sans qui bien des chansons présentes sur ce Blog n’auraient jamais été, je lui souhaite plein de bonheur auprès de sa famille, lui qui a la chance d’avoir ses 2 petites puces près de lui, un peu plus grandes que toi cependant mon coeur. Pascale m’a retrouvé aussi, grâce au Blog, une amie de l’université avec qui j’avais fait un petit bout de chemin et qui n’a jamais vraiment quitté mon âme. A elle aussi, jeune maman d’un petit garçon de 3 ans, je lui souhaite plein de bonheur auprès de son fils.

Il nous reste à peine deux jours à attendre pour savoir si maman a accepté la médiation que proposait son avocat. A moins de 48 heures de l’échéance, je crains cependant que sa position n’ait pas évolué et que nous sommes loins d’être sortis des ornières…  




Papa sera au grand rendez-vous!!

15022008

Ma petite pupuce, j’attendais d’en être certain pour te confirmer cette nouvelle, mais maintenant je peux te l’annoncer. Mes chefs m’ont donné leur accord pour me laisser partir quelques jours en France pour être là pour ce rendez-vous du 26 février. Je serais là…

Ma présence ne changera peut-être pas grand chose tu sais, mais je voulais être présent, je voulais faire mon possible pour être là, ce jour là. Je voulais que les juges se rendent compte qu’à chacun de ses grands rendez-vous pour toi, pour nous, j’étais là, discret, silencieux, attentif, mais j’étais là. En juillet, en novembre 2007, en février 2008. Même ces 8000 km qui me séparent de Paris, ces 6 heures de décalage horaire n’auraient pas pu m’empêcher d’être là ce jour là.

Je n’ai pas de nouvelles à ce jour d’un éventuel accord que maman aurait accepté ou même proposé par l’intermédiaire de son avocat. La date buttoir pour une telle tentative est fixée au 19 février, délai maximum pour espérer faire entériner par la Cour, cet hypothétique accord. Rien n’est perdu, il reste encore quelques jours, mais cela me semble bien compromis.

Tu seras là avec moi ma petite puce ce 26 février, et j’espère qu’une fois la décision finale figée dans le marbre, je pourrais enfin songer à venir te voir plus souvent. Sans doute avant l’été ma petite libellule, pour quelques jours à Bucarest…

« I swear to you – I will always be there for you
There’s nothin’ I won’t do – I promise you
All my life I will live for you – We will make it through
Forever – we will be – Together – you and me
Oh when I hold you – Nothin’ can compare
With all of my heart – You know I’ll always be
Right there
« 

Bryan Adams, 1997

 




Joyeuse Saint Valentin!!

14022008

Aujourd’hui ma petite libellule, c’est la fête de tous les gens qui s’aiment, c’est donc notre fête à nous aussi, car ton Papa t’aime fort et je sais que tu l’aimes aussi, même s’il est loin de toi. Alors bonne Saint Valentin mon coeur!!

J’ai fait une jolie carte spécialement pour toi mon trésor, grâce à Mr. Photoshop (merci à NoShade.net pour le tuyau!!). J’y ai passé un peu de temps mais le résultat est là. Je t’offre donc cette petite carte ma puce, à laquelle j’y joins des millions et des millions de gros bisous.

saintvalentin.jpg

  « L’important c’est d’aimer, pour tout donner
L’important c’est d’y croire sans s’en apercevoir
L’important c’est toujours d’être en amour
L’important c’est donner, et ne rien demander »
P. Obispo, 1999




Week-end de réflexion

10022008

Mon petit ange, j’ai appris vendredi matin que maman a un nouvel avocat qui semble avoir compris la situation et l’urgence de celle-ci. Il s’est entretenu longuement avec notre avocat et tous deux sont parvenus à la conclusion que tout cela ne pouvait pas durer et qu’il fallait absolument que maman accepte de mettre un peu d’eau dans son vin pour faciliter un peu les choses. C’est un pas important car pour la première fois un magistrat semble disposer à tenter d’ouvrir les yeux à maman pour lui faire entendre raison. Le principe est plutôt simple: je ne suis pas disposé à t’arracher de force à ta maman, à tes habitudes, à ta petite vie qui s’organise peu à peu, si toutefois maman acceptait de me laisser nouer une relation saine et normale avec toi mon coeur, à savoir ne pas faire obstruction à mes droits de garde, de visite et d’hébergement et m’autoriser purement et simplement de t’emmener durant les vacances quelques jours, quelques semaines auprès de ta famille en France. C’est une décision qui n’est pas facile à prendre, pour elle comme pour moi, mais c’est sans doute la solution la meilleure, celle qui te perturbera le moins ma petite libellule. Et celle qui me laissera le plus de chances de nouer avec toi une vraie relation.

Les bases de cette négociation imposerait pour moi cependant de renoncer provisoirement à un transfert de résidence, mais c’est à ce prix que je peux avoir la certitude de pouvoir t’emmener avec moi en France pour les vacances, car rien ne me dit que les juges accepteront dans tous les cas cette éventualité. Et donc, si au moins nous tombions d’accord sur ces points, j’aurai la certitude d’avoir enfin, entériné par la Cour, un accord signé de maman pour autoriser ton papa à te recevoir et te voir dans ta famille en France. Je suis prêt aujourd’hui tant les choses sont compliquées à accepter cela, sous réserve que maman accepte cependant un certain nombre de choses, dont je ne ferai pas l’inventaire ici, mais qui sont élémentaires et basiques pour nous permettre de vivre tranquillement ensemble ma petite puce.

J’espère vraiment que maman acceptera ces quelques conditions, qui ne sont pas forcément insurmontables pour elle, mais qui pour moi, pour toi, seront réellement un progrès et une évolution considérable.

Je viens il y a une heure de faire des propositions dans ce sens à ta maman par l’intermédiaire de notre avocat, je me résigne provisoirement à renoncer à t’avoir pour moi tout seul, pour ton bien mon ange, pour le bien de ta maman sans doute aussi pour qui tu représentes tout au monde, mais pas à n’importe quelle condition: ton papa doit pouvoir continuer à avoir une relation saine et dépourvue de barrières avec sa petite puce qui lui manque tant. Je sais que tu serais sans doute de mon côté ce soir mon coeur.




Petite mise à jour

6022008

Ma petite libellule, j’ai enfin mis les photos de la semaine à Bucarest à Noël en ligne. Je sais, tu vas me dire qu’il était temps, et tu as sans doute raison, mais je dois reconnaître que j’avais jusqu’à il y a encore quelques jours un peu de mal à les voir ces jolies photos, le coeur encore un peu amoché de ces jours difficiles passés là-bas, pour finalement te voir quelques heures. C’est ce qui explique d’ailleurs que ce petit album qui résume une semaine en Roumanie contient à peine 16 petites photos…

Mais celles-ci aussi peu nombreuses soient elles, résument à elles seules le pourquoi de mon combat, le pourquoi de ce chemin que je trace vers toi: pour ces moments simples, humbles et si merveilleux d’une petite pupuce avec son papa.

Comme d’hab’ tous nos amis peuvent voir les petites photos ici

Bucarest 29 décembre 2007 - 1 janvier 2008
Album : Bucarest 29 décembre 2007 - 1 janvier 2008

Cela aurait du être une vraie semaine ensemble avec Papa, Papi et Mamie. Ce ne fut pas le cas, à cause de maman. Mais malgré tout, morceaux choisis, instantanés de bonheur...


16 images
Voir l'album

ou bien sur la page dédiée à toutes tes petites photos, dans la rubrique « Elena, jours après jours », par là.

 




16 mois

4022008

16 mois ma petite libellule aujourd’hui. C’est à peine croyable comme le temps passe vite mon ange. Malgré tous ces obstacles que maman a mis en travers de notre route, je suis heureux d’avoir pu profiter de toi un petit peu et te voir grandir, en pointillés. Tout ce que j’ai manqué ne sera malheureusement jamais remplacé et définitivement perdu, mais tous ces moments passés avec toi depuis ces 16 mois nous auront, j’en suis sûr, permis de forger des bases solides pour notre avenir ensemble.

 




Dernière ligne droite

1022008

Nous entrons aujourd’hui même dans le mois de février, c’est la dernière ligne droite ma petite puce avant cette décision finale que tous le monde attend. Nous sommes toute la famille un peu plus calme, plus détendu après ces semaines difficiles où il a fallu tout préparer pour que le dossier soit prêt et complet. Aujourd’hui il n’y a plus qu’à attendre jusqu’au 26 février, date où enfin les choses nous apparaitront plus claires.

Papa ne sait pas encore s’il pourra venir, il y a beaucoup beaucoup de travail en ce moment et je ne sais pas si je pourrais me libérer. Mais sache bien que je ferai ce qu’il faut pour pouvoir être là pour cet ultime rendez-vous.

Je ne souhaite qu’une chose, c’est te revoir au plus vite ma petite libellule, profiter à nouveau de ton sourire et de tes calins. Je sais que je ne suis pas tout prêt de toi, mais je pense fort à nous mon ange.