Labyrinthe

30082008

Premier week-end à Caracas après les vacances. Toujours un peu difficile de se retrouver seul si loin de tout, si loin de toi aussi. Difficile de penser que malgré les apparences nous sommes bien loin pour le moment d’avoir trouvé l’issue de ce labyrinthe semé d’embûches. Les choses ne sont pas simples, mais plus nous avancerons plus elles le deviendront. Je continue la lutte d’où que je sois, pour que justice soit rendue, en me méfiant des pièges…

labyrinth.jpg
Nous finirons par la trouver l’issue…

 




Dernier week-end en famille avant le retour sous les tropiques

23082008

Les vacances sont déjà finies mon ange. Papa va retourner là-bas, de l’autre côté de l’Atlantique au Venezuela pour quelques mois encore. Les choses n’ont pas vraiment avancé durant mon séjour, mais elles n’ont pas reculé non plus. Nous sommes sur la bonne voie j’en suis certain. Nous avons encore quelques longues semaines à patienter avant les audiences du 15 et 16 septembre qui avec certitude scelleront une partie de notre destin. Si la justice roumaine nous donne raison, maman n’aura plus beaucoup d’échappatoire et nous pourrons alors raisonnablement commencer à voir l’avenir avec un peu plus d’optimisme. Mais nous n’en sommes pas là.

En guise de conclusion de ces petites vacances en France toujours si loin de toi ma princesse, un petit cadeau, un petit coucou d’une grande partie de la famille qui était présente ce samedi à Etalante. Tu ne connais personne ou presque mais c’est ta famille ma puce et tous t’attendent avec impatience. Nous t’embrassons tous fort ma petit libellule, nous sommes tous unis pour toi…

famille.jpg
Une partie de ta famille ma puce à Etalante, le 23 août 2007
(de g. à dr., Annie, Papi, Lucie, Roger, Dziadzia, Tata Isa, Ludo, Sandra, Benjamin, Mamie, Fabrice, Papa, Babcia et Mélanie) 

 




De pire en pire…

22082008

Cette lettre reçue hier ma petite puce, c’est un mandat de ta maman. Elle me fait renvoyer par mandat une grosse partie des sous que je versais tous les mois pour toi ma petite libellule. Oui tout cet argent qui aurait dû servir à t’acheter des jolis habits, des joujoux ou d’autres jolies choses ta maman n’en veut pas parce qu’il vient de ton papa. Son avocat l’avait bien dit à Papi et Mamie en juillet dernier: « Mr. Filak n’a plus rien à voir avec Elena, il n’est pas de la famille et sa mère ne veut plus avoir affaire à vous ».

C’est bien triste tout cela mon coeur. Bien triste. Je suis un peu écoeuré devant tant de bêtises et d’injustices. Papa ne baissera pas les bras pour autant et ne se laissera pas intimider par de tels agissements. Je continuerai de toutes façons à me battre et subvenir à tes besoins tant que je le pourrais. La justice de mon pays en a décidé ainsi et si maman refuse l’aide de ton papa, sache que ton dû tu l’auras un jour ou l’autre quand tu auras compris, quand tu réaliseras que ton papa était là mais que ta maman t’en avait privé…

J’ai discuté longuement avec notre avocat roumain mon ange. Le chemin est encore long mais il est confiant et serein. Nous sommes loin d’avoir perdu la bataille… 




Encore un recommandé…

21082008

Une nouvelle fois j’ai reçu un recommandé venant de Roumanie. Il est encore trop tard pour le récupérer aujourd’hui il me faudra y aller demain de bonne heure. Nous approchons des audiences de septembre, il y a de forte chance que ce soient les convocations au Tribunal de Bucarest. Encore une nuit de patience pour savoir ce qui va nous tomber sur le coin du nez…

Recommandé
Et ce sera quoi demain??




Week-end à Dublin

16082008

Mon petit ange papa était ce week-end à Dublin pour quelques jours de vacances. Si je te parle de cette belle ville d’Irlande, tu vas me dire: « quel est le rapport avec moi, mon papa? ». A première vue aucun rapport c’est vrai ma pupuce et pourtant si. Papa et maman sont passés dans cette ville il y a bien longtemps, sans se connaître et à plusieurs années d’intervalle.

Papa s’était promis un jour de revenir dans ce merveilleux pays qu’est l’Irlande et à Dublin depuis cet inoubliable voyage avec mon copain Manu en 1991 (un grand coucou à lui car je sais qu’il nous suit avec attention depuis son île perdue dans l’Océan Indien!). Je me souviens bien de ce que j’avais dit ce jour là, que je reviendrai un jour, mais pas seul, accompagné de celle avec qui je terminerai sûrement ma vie. Elle était là ce week-end avec moi et j’ai mesuré pleinement la portée de ces voeux émis il y a 17 ans. Je sais aujourd’hui que ma vie ne sera plus vraiment comme avant. Je ne suis plus seul à présent sur ce long chemin de la vie, nous sommes deux maintenant, forts, sereins et confiants pour un avenir meilleur. Elle est là près de moi pour me soutenir dans les épreuves et il me tarde à présent que tu la retrouves (eh oui, tu la connais déjà, souviens toi c’était à Argenteuil le 17 juillet 2007!!).

Maman aussi était passée par là, quelques années avant de connaître papa. Sans le savoir nous avions l’un et l’autre parcouru ces ruelles, marché sur les rives de la Liffey, en pensant l’un comme l’autre à un avenir meilleur.

C’était pour cela que je voulais te parler de cette si jolie ville ma princesse, parce que d’une certaine façon elle a joué un rôle non négligeable dans la vie de tes deux parents, bien avant toi…

 

dublin.jpg

Dublin, le 15 août 2008, 15h

 




L’étau se resserre…

9082008

Finalement ce sont plutôt des bonnes nouvelles ma puce. Des nouvelles qui nous montrent que maman est bien vulnérable et que la justice de ton pays est loin de nous avoir jeté la pierre. Au contraire il semble bien que pour eux les choses ne soient pas aussi simples et que nous sommes loin d’avoir perdu la bataille.

Cette lettre reçu hier m’annonçait simplement que suite à la visite de Papi et Mamie en juillet, maman a tenté le jour même de faire annuler l’exécution forçée par l’huissier. Pour quelqu’un qui selon son avocat était ce jour là parti en vacances dans une « station balnéaire » loin de Bucarest, elle est bien vite revenue… Maman était donc bien à Bucarest le jour de l’exécution, bien cachée avec toi ma petite libellule pour que Papi et Mamie ne te trouvent pas. Je m’en serai douté vois-tu.

Mais cette lettre m’annonce aussi surtout que la requête de maman a été refusé par la justice roumaine, qui considère qu’elle n’est pas fondé et qu’elle n’a pas lieu d’être. La tentative d’exécution forçée du jugement était donc tout à fait légale et légitime et surtout la justice roumaine que maman essaye de mettre contre nous l’a reconnu comme tel ma puce.

C’est loin d’être une victoire mais c’est le signe que même en Roumanie maman ne pourra sans doute pas faire ce qu’elle voudra. J’ai bon espoir d’une issue favorable… Attendons.




Recommandé

8082008

Des recommandés venant de Roumanie me font toujours un peu peur car généralement ils annoncent des mauvaises nouvelles. Il y en a un qui est arrivé dans la boîte aux lettres aujourd’hui. Il est trop tard pour aller le chercher ce soir, je vais le récupérer demain matin en partant pour mon petit week-end dans la vallée de la Loire avec ma princesse.

Ce sont toujours des interrogations quand de telles choses arrivent: un autre coup de couteau dans le dos, un autre procès sur les épaules, une nouvelle menace de maman? Je vais tacher de ne pas trop y penser ce soir et attendre demain pour lever le voile.

Recommandé
Bonnes ou mauvaises nouvelles: on verra demain!!




Week-end en famille

2082008

Premier week-end en famille à Etalante. Si tu savais comme tu nous manques tant mon ange dans ces moments là. Nous avons fêté l’anniversaire de ton petit papa, avec quelques jours de retard, mais nous avons tous mesuré à quel point nous aurions aimé t’avoir prêt de nous pour cette photo de famille. Tes cousins étaient là, tes grand-parents, tes tontons et tatas et il ne manquait que toi…

Papi et Mamie m’ont raconté un peu leur séjour à Bucarest de début juillet. L’avocat de maman s’est refusé à nous donner la moindre adresse ou numéro de téléphone où je pouvais te joindre. Maman évidemment a changé de téléphone et d’adresse e-mail. Ton papa n’a donc aucun moyen aujourd’hui de prendre de tes nouvelles ma puce.

Nous ne pouvons faire autre chose qu’attendre mon coeur, attendre que cette procédure arrive à son terme et que maman soit condamné pour son attitude. J’attendrais le temps qui sera nécessaire. Je prendrais mon temps, jusqu’à ce que justice soit rendue, jusqu’à ce que tu puisses avoir ton papa, comme tu le mérites.